Vous êtes ici chez vous

Lutte contre le COVID 19

1588348697

LE MAIRE MIRABEAU EBA AU FRONT DANS LA COMMUNE DE YABASSI

Tout l’exécutif municipal ainsi que de nombreux conseillers sont également mobilisés sur le terrain pour barrer la voie à cette pandémie dans la ville de Yabassi.

Le soir du 18 mars, après avoir tenu des réunions avec sa hiérarchie, pour trouver des plans immédiats de riposte à engager pour barrer la voie à la propagation du Covid 19 dans son unité de commandement, She Patrick Ngwashi, le préfet du Nkam, a aussitôt réuni un état-major local afin de communiquer ses premières instructions. Outre le fait de veiller au respect strict des mesures prises par le chef de l'État et relayées par le premier ministre, chef du gouvernement, le patron du Nkam a également recommandé à ses proches collaborateurs, les sous-préfets, les maires, les responsables des services publics départementaux et autres, d’être eux-mêmes responsables à titre personnel face à cette pandémie, avant d'aller sensibiliser les populations.

Le plan de riposte qui consistait pour l’essentiel à sensibiliser et à veiller au respect des mesures édictées par le gouvernement s'est ensuite mis en branle. Les populations du chef-lieu du département du Nkam étaient ainsi surpris de voir circuler en longueur de journée des hommes en tenues qui avaient reçu instruction de veiller à la fermeture des marchés dès 16 h, la fermeture des débits de boissons hygiéniques et traditionnelles dès 18h, la limitation du nombre de passagers dans les véhicules de transport urbain et interurbain, l’interdiction des regroupements de plus 50 personnes en un même lieu, le respect de la distanciation sociale d'au moins un mètre, etc.

Pour le préfet Nkam, qui a par ailleurs pris des arrêtés à cet effet, il était question de faire prendre rapidement conscience des dégâts que peuvent créer cette pandémie dans un département pauvre et enclavé. Dans ce même élan, d’autres batteries de mesures ont suivi, notamment le contrôle des entrées et sorties dans les limes du département, ainsi que l’interdiction des allées et venues non pertinents à l’intérieur du territoire. Che Patrick Ngwashi a également prescrit un code de conduite pour les cérémonies d’inhumation et demandé aux populations de dénoncer systématiquement les petits malins qui s’hasarderaient à convoyer la dépouille d’une personne décédée de suite de Covid 19 dans le département. A ces mesures, s’est ajouté plus tard, conformément aux prescriptions du gouvernement, le port obligatoire des masques.

Si les mesures édictées par le gouvernement et mises en œuvre par le préfet du Nkam ont largement contribué à faire prendre conscience aux populations du danger encouru, il reste que le manque de moyens financiers et de matériels pour amplifier l’application des gestes barrières contrariait la réussite de la riposte.

Premier à investir ce champ manifestement désert, le maire de la commune de Yabassi, Jean Mirabeau Eba, a aussitôt réagi en rendant publique une série de communiqués visant à sensibiliser les populations au respect des mesures édictées par le gouvernement. Davantage, il s'est engagé, à la suite du préfet, à faire des descentes sur le terrain pour communiquer efficacement sur lesdites mesures barrières et distribuer du matériel de protection.

Entouré de tout l’exécutif municipal et d’une bonne brochette de conseillers, et avec le soutien d’un partenaire spécialisé dans ce type d’opération (LPMC), les élus de Yabassi ont parcouru en quelques jours l’ensemble des localités de la commune. Ainsi, des affiches reprenant toutes les mesures barrières édictées par l’OMS ont été apposées dans toutes ces localités. L’opération de communication était également articulée autour d’une sensibilisation porte à porte rehaussée par la désinfection des certains lieux publics, la mise à disposition de 20 fûts (60l), et de 65 seaux.

L’on a également noté la distribution de 100 gels hydro alcooliques dans les administrations publiques, les chefferies traditionnelles et les services sanitaires. De même, la distribution des solutions hydro alcooliques en bidons de 5l pour la désinfection des mains dans les lieux publics, ainsi que 5000 masques répartis dans toutes les localités a particulièrement été appréciée par les populations. Des agents de désinfection ont également reçu des gants (100 paires), des bottes (10 paires), et des pulvérisateurs (05).

Toutes ces actions ont bien entendu été menées avec la franche collaboration du médecin chef de l'hôpital de district de Yabassi et de toutes les autorités publiques.